Oruro est une grande ville, l'entrée est pleine de déchets. En Bolivie, il y a beaucoup de mines et Oruro est une ville de mineurs. Un casque de mineurs a été construit pour rendre hommage aux travailleurs.
Une légende dit que le dieu Huari a envoyé des fourmis, une vipère et un crapaud pour casser la ville et les habitants : les habitants et la ville s'appelaient alors les Uru.  Aujourd'hui seul le lac porte encore ce nom. Mais une déesse, la déesse Nuestra, a protégé la ville et les habitants. Elle a transformé les fourmis en sable rouge, la vipère en statue et le crapaud aussi.

 

 

 

           



Quand j'étais à Oruro, il y a eu un défilé pendant toute une journée des écoles de la ville. Chaque école avait son mode de danse, sa musique et ses habits traditionnels. Les écoliers, de l'école primaire jusqu'aux universités, dansaient, chantaient ou jouaient de la musique. Ça m'a beaucoup plu parce que c'était beau, il y avait beaucoup de couleurs, ils dansaient bien et j'aimais beaucoup les musiciens car les grosses caisses étaient toutes en rythme. 

      

Je vais bientôt commencer le livre « Le Soleil Noir », pour l'instant, je lis « Crime Anubis ». Je lirai ensuite «Manco l'Inca ». Ça me fait plaisir que vous lisiez des histoires du pays dans lequel je suis.
Je vais bientôt traverser le salar d'Uyuni : c'est un désert de sel. Je vous enverrai bientôt un exposé sur le salar d'Uyuni.
A bientôt,
Lucas