Le lac d’Atitlan est a 1500m d’altitude et est entouré de montagnes et de 3 volcans :  San Pedro, Toliman et Atitlan qui culmine a 3537m.

 

            Le lac est magique car :

 il se filtre tout seul grâce aux pierres volcaniques.Elles sont poreuses, ca veut dire qu’elles ont plein de petits trous et les bactéries qui sont dans l’eau s’accrochent bien sur cette pierre. Lorsque l’eau passe par les petits trous, les bactéries restent dedans et l’eau ressort propre !

Les eaux de pluie, les ruisseaux et les sources, les eaux usées des villages descendent par gravité dans le lac. Les gens commencent à faire attention de ne pas envoyer d’eaux trop sales (comme celle des toilettes), ils construisent des fosses septiques pour filtrer l’eau avant d’être envoyée dans le lac.

 

 

Les eaux du lac sont filtrées aussi grâce aux tulés.
Il y a des associations de pêcheurs qui replantent des roseaux, TULE (se prononce « toulé »), qui filtrent l’eau. Pour les replanter, les pêcheurs (JUKU en Tzutujil, une des 3 langues maya parlées autour du lac, se prononce « roucou») se répartissent en 3 groupes : un groupe qui accroche les brins de tule entre des pierres pour les ancrer dans le sol. Ils travaillent sur la terre ferme.

Un autre groupe de pêcheurs amène les tules dans l’eau en utilisant une barque, une KAJUKU (« caroucou »). Souvent, lorsqu’ils reviennent au bord, ils sont obligés de vider l’eau de leur kajuku, on dit qu’il faut écoper.

Le dernier groupe est dans l’eau jusqu’à la poitrine. Les pêcheurs font des trous pour recevoir les tulés puis ils sautent dessus pour bien les enfoncer.

 

Le tulé est découpé à hauteur de l’eau, séché puis tressé pour en faire des nattes de tailles différentes sur lesquelles on peut s’asseoir, manger, dormir, etc.

 

Pour moi, ce lac est magique car il a sur ses plages des cailloux blancs, très utiles pour faire des ricochets. Pourquoi ? Parce qu’ils flottent ? Et pourquoi ? Parce que ce sont des pierres volcaniques, des pierres ponces. Elles sont poreuses et très légères. Ce qui leur permet de flotter.

 

Pour finir sur la magie du lac, je termine par les légendes.

Le Tepepulkan :
Il parait que dans le lac dort un serpent avec une tête de dragon : le TEPEPULKAN. Il se promène dans le lac et parle aux poissons, aux montagnes, aux étoiles… et aux hommes si ils le veulent. Pour Rolando chez qui nous vivons, le Tepepulkan est venu vers lui une nuit de solstice.

 

L’histoire de la cité engloutie :
Il était une fois 3 groupes de mayas, les Kaquchikel, les tzutujil et les Quiche. Leurs maisons étaient creusées dans la roche volcanique. A cette époque, le lac était tout petit et les 3 groupes vivaient ensemble. Leurs maisons étaient très petites et pas très pratiques, ils vivaient surtout dehors. Un jour, il y a 84000 ans, les volcans ont été en éruption, il a beaucoup plu et les eaux du lac sont montées. Ca a fait une inondation et la cité s’est retrouvée sous l’eau, engloutie.

Les principales familles décidèrent de se séparer et de développer leur propre idées et coutumes.
Les Kaquchikels sont partis vers l’est, les Tzutujils au sud et les Quiches au nord.
C’est pour cela que si vous faites le tour du lac, la langue est différente en fonction des villages, leurs couleurs de vêtements aussi et l’artisanat.